Diego a l'honneur de recevoir une paire d'espadrilles cousues par l'aînée du village. Elle raconte qu'elle coud des espadrilles depuis plus de 60 ans et que, malheureusement, elle a dû s'arrêter à la fin des années 80, parce que ses yeux faiblissaient. La centenaire contrôle encore la qualité des espadrilles que ses filles, petites-filles et arrière-petites-filles cousent et finit par commenter leur technique ici et là pour maintenir la pureté de l'art.